Les awards maltés

Vu que tout le monde fait ses tops et ses flops audiovisuels de 2016, allons-y aussi pour notre petit remise de prix ! Sauf qu’a l’inverse de certains qui donne carément leur nom à leurs récompenses (quel melon celui-là, jvous jure -bisous Flo-) on va partir sur quelque-chose de plus universel : la binouze.

Du coup c’est parti pour un recap de 2016 dont tout le monde se fout et de très mauvaise foi.

Le prix “33 export” : Scorpion

La 33, c’est dégueulasse. Même si t’as soif et qu’on t’en offre, tu la bois pas, tu la jettes, et tu colles un pain à celui qui t’as refilé ça. Pourtant, si tu sais pas, de loin vu comme ça, bon, c’est de la bière, ya pas de raison, c’est bon la bière. Et pourtant, non.

Et ben Scorpion c’est pareil. De loin c’est une série où une équipe de super-génies désamorce des situations grace à leur cerveau et un PC avec un bout d’Internet (ouai, non, j’aurais du voir venir la bouse en fait). Du coup je m’imaginais ça :

+

Et bah figurez vous que pas du tout, c’est nul à chier, les persos sont tous nuls et caricaturaux, c’est mal joué, les scénards des épisodes sont juste grotesques. Sans dec, faut voir le pilote, juste pour la science (et se faire une echelle de la médiocrité). Je parle même pas des persos féminins, faire ça en 2016 c’est juste pas possible. On a en gros la blonde niaise mais qui attendrit notre héros au grand coeur, et le garçon manqué badass caricatural (tu peux pas faire ça, sauf si c’est Michelle Rodriguez, là, ça va). Sur les 4 épisodes visionnés, je pense qu’aucun passe le test de Bechdel. Bref, c’est consternant.

C’est dispo sur Netflix si il a des courageux.

Le prix “Ta bière brassée à la maison, mais un peu ratée” : Chroniques de Shannara & Shadowhunters

Ta bière que tu brasses chez toi avec amour, tu as envie de l’aimer, tu as envie que ça soit un truc cool que tu refiles à tes potes avec fierté. Mais bon, parfois, tu désinfectes mal ton matos et paf, ta binouze elle a un arrière goût de vomi.

C’est le cas des Chroniques de Shannara et de Shadownhunters.

La première a pourtant tout pour me plaire, c’est de la fantasy (avec des elfes, des nains, des trolls et tout le toutim) dans un monde post-apocalyptique où la nature a repris ses droits. Non, sur le papier, ça sonne bien. Attends, ya même des druides ! Ça m'évoquais Shadowrun, LOTR, j'étais partant !

La seconde, nous raconte que les créatures de notre imaginaire collectifs existent, les vampires, les loups-garoux, les démons, tout ça vit caché en marge de la société. Bestiaire sympa, société secrête, rouquine qui botte des culs, je signe où ?

Et pourtant les 2 séries sont plombées par le même problème majeur : c’est TELLEMENT CULCUL oO. Ok, en fait j'étais surement pas la cible, mais là non quoi. On à des ados qui font tellement nawak, des triangles amoureux tous nazes. Elles essayent d'évoquer le passage à l’age adulte ave la subtilité d’un Donald Trump, c’est tellement bourrin.

Les chroniques de Shannara c’est quand même un poil au dessus, au moins les paysages sont vraiment chouettes, et quelques persos sortent du lot. M’enfin, c’est quand même dommage, y’avait de quoi faire un truc cool. Mais là, bon, non.

C’est dispo sur Netflix aussi.

Le prix “Leffe” : Dr Strange

La Leffe, c’est pas mal, ça se boit avec plaisir, mais tu peux pas t’enlever de la tête que ça a quand même le goût du préformaté, de l’industriel, et que ça manque un peu de relief.

Donc un peu comme Dr Strange. Dr Strange, c’est un Marvel, c’est Disney, ça déborde de pognon, c’est de la grosse prod Hollywoodienne. Et pourtant ça tabasse bien quand même, on a un Benedict Cumberbatch qui interprète l’anti-héros à l'égo sur-dimensionné à la perfection (presque aussi bien que RDJ, mais bon, c’est pas RDJ quoi). Visuellement le film est une merveille, les effets de “magie” sont juste fantastiques, les plans à la “Inception” sont parfaits et tous les passages dans les dimensions “autres” sont un pur délice psychédélique dignes d’un trip des années 70.

Et pourtant on évite pas les ecueils éculés Hollywoodiens, le personnage principal en quête de rédemption, le voyage initiatique dans le Lointain Orient pour trouver la sagesse, les méchants qui ont des conjonctivites noires pour bien qu’on repère qu’il sont méchants, le bigbad (qui est cool, quand même) qui vient de la dimension noire (la dimension noire mec, t’es forcément méchant quand tu viens de là), etc. Alors oui, je sais bien que c’est le comics qui veut ça, mais c’est quand même dommage.

Ça reste quand même très agréable à regarder, surtout si vous kiffez un peu le MCU. D’ailleurs, si vous les films Marvel c’est votre truc, je vous recommande l’excellent podcast Les Clairvoyants. D’ailleurs, vu qu’il est prévu que Dr Strange rejoigne le MCU, j’ai hate de voir ce que ça va donner avec un Tony Stark qui partage une bonne partie de ses défauts.

Le prix “La 109” : Demain

La 109 c’est une bière bio micro-brassée juste à coté de chez moi. C’est cool, c’est bon et c’est un peu bobo. T’as envie d’en distribuer autour de toi pour donner du beaume au cœur et faire vivre des gens biens près de chez toi.

Tu peux faire ça, ou tu peux dire aux gens de regarder Demain. C’est un chouette docu qui parle de gens qui font des trucs. Sisi, jvous jure ! Ça part du constat que bon, ouai le monde est mal barré, mais qu’il y a des personnes qui se bouge le postérieur pour changer le monde à leur niveau. Mélanie Laurent (comme quoi) met en lumière 9 initiatives locales qui améliorent notre monde et le quotidien de leur bénéficiaires. Elle nous cause agriculture, économie, éducation, écologie et le tout sans être larmoyant. On a organisé une projection avec notre AMAP (mais oui, bobo je vous dis !) dans le cinéma de ma ville, c’est une bonne ouverture pour une soirée débat/échanges.

Alors oui, c’est un peu bobo avec une vision un peu “bourgeoise” de ces initiatives, mais still, ça vaut le coup d’oeil. Et tant que t’y es, tu enchaines avec Solutions locales pour un désordre global, de Coline Serreau, parce que voila.

Le prix “Guiness” : Rogue One

La Guiness c’est bon, ça nourrit, ça te parle des Pubs en Irlande, ça a le gout de l’artisanat, alors que c’est fait par une des plus grosses multinationnales du monde, à l’instar de Rogue One. Et ui.

C’est du Star Wars mais en mieux, en plus nuancé, en plus osé. La photo est encore un fois superbe, les personnages sont cools, ça fait pewpewpew dans l’espace, ça fait pewpewpew sous les cocotiers, what else ? Le film rompt un peu le manichéisme un peu lourdingue de la saga, l’alliance rebelle fait des choses pas très Jedi, c’est un peu (carément) le bordel, c’est un peu crade, et c’est bienvenue ! M. Gareth nous pose quelques références aux autres films, mais de façon carément plus subtile que l'épisode VII (pas dur en même temps, me direz-vous).

On retrouve quand même certain clichés (hello le méchant tient en joue le héros 3 ans pour laisser un deus ex machina sauver la situation !), mais ils m’ont pas sauté à la figure pendant le film (à l’inverse de Dr Strange).

En bref, courrez-y !

Le prix “Pack de 12”

Pour finir, en vrac quelques trucs sympas :